N°5-Corruption & Répression

Procès Netanyaou a débuté dimanche dernier à Jérusalem. Le Premier ministre israélien est accusé de fraude, d’abus de confiance et de corruption dans trois affaires. Il clame son innocence (ben oui, forcément) et dénonce un complot (C’est vrai que depuis la migration d’Abraham pour voir si l’herbe était plus verte de l’autre côté de la Montagne, il y en a eu des complots et des martyrs). Benjamin Netanyounyou a cherché à éviter ce rendez-vous, déjà repoussé en raison du Covid-19. « Il a demandé à ne pas être présent pour l’ouverture de son procès et éviter d’être filmé, photographié dans l’enceinte du tribunal sur des modestes bancs en bois devant ses trois juges »  rapporte France 24.  

Mais le tribunal a confirmé que le Premier ministre devait être présent à l’audience comme n’importe quel citoyen israélien pour la lecture des actes d’accusation.  « Une personne ne peut être jugée pour des allégations criminelles qu’en sa présence », ont insisté les magistrats. De toutes façons, sachant que Netanyounyou est censé passer le relais à Benny Gantz en novembre 2021, on ne se fait pas de bile sur l’achèvement de son mandat. Par contre, d’ici là, il serait bien capable d’oser se présenter à la présidence à la fin du mandat de Reuven Rivlin. Comme pour une monarchie, le poste est honorifique mais (Super Bonus) il dispose d’une immunité judiciaire. Et ça c’est pas de la gnognote !!

Hong hong reprise de manifestations massives et scènes d’émeutes . En vertu du concept « Un pays, deux systèmes » qui avait présidé à sa rétrocession par Londres en 1997, la loi sur la Sécurité Nationale votée par le Parlement Chinois remet en cause les accords sur l’autonomie du Territoire. La proposition de Loi déposée vendredi 22 mai, à l’ouverture de la session annuelle de l’Assemblée nationale populaire (« populaire » pas dans le sens « appréciée »), vise à interdire « la trahison, la sécession, la sédition [et] la subversion ». La peur de la pandémie, de la police ou le confinement n’ont pas suffi à dissuader les militants pro-démocratie qui ont multiplié les appels à protester  avec une détermination et une motivation renforcées depuis les manifestations de 2019. Cette loi adoptée aujourd’hui,vient confirmer et durcir la série d’attaques menées contre l’autonomie du territoire. (On est chinois ou on ne l’est pas, on ne peut pas être chinois-mais, « Deux pays, un système ») Ce qui inquiète les Hong-kongais, c’est que le degré d’autonomie dont ils disposaient, garanti par leur mini-Constitution — la Basic Law —, soit détruit par ces lois sur la « Sécurité ». Une Loi qui indéniablement  engendre la perte de leurs libertés : la liberté de manifester, de se réunir, de penser, la liberté de la presse ou liberté de culte.

 Des droits encore et toujours, inconnus en Chine. 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :